La terre abandonnée de Gilles Laurent

 

Vendredi 19 Mars 2021 / 14h00 – 16h10 / Bibliothèque Alexis de Tocqueville

 


Belgique | 2016 | 73 mn | Vostfr

Dans la zone évacuée autour de la centrale nucléaire de Fukushima, cinq ans après la « catastrophe », quelques rares individus vivent sur cette terre brûlante de radiations. Rythmée par les travaux de décontamination et le danger permanent, l’existence apparemment déraisonnable mais paisible de ces irréductibles nous rappelle qu’un bout de terre est, en dernier recours, notre lien le plus sûr au monde.

2019 : Festival International Jean Rouch – Voir autrement le monde – Paris (France) – Rencontres du film ethnographique
2017 : Images en bibliothèques – Paris (France) – Film soutenu par la Commission nationale de sélection des médiathèques
2017 : Festival International Jean Rouch – Voir autrement le monde – Paris (France) – Mention spéciale du Jury International
2017 : Festival International de Cinéma Méditerranéen de Tetouan – Tétouan (Maroc) – Compétition Documentaires
2017 : Académie André Delvaux – Bruxelles (Belgique) – Pré-sélection aux Magritte du Cinéma
2016 : FIFAM – Festival International du Film d’Amiens – Amiens (France) – Prix Documentaire sur grand écran
2016 : FIFF (Festival International du Film Francophone de Namur) – Namur (Belgique) – Regards du présent
2016 : FIDMarseille (Festival International de Cinéma) – Marseille (France) – Sélection Écrans parallèles – Histoires de portrait

Retour sur le territoire (13 mn)

À partir de rushs de La terre abandonnée, Gilles Laurent souhaitait réaliser un court-métrage centré sur le territoire déserté autour de la centrale de Fukushima. Marie-Hélène Mora, sa monteuse, en collaboration avec Cyril Bibas, son producteur, ont humblement concrétisé ce projet. Laurent Fénart, son caméraman, se souvient du tournage : « En parallèle de nos rencontres avec des « personnages » du film, régulièrement, nous avions des moments de sidération en traversant ces villes fantômes. »

 

Rencontre avec Frédérick Lemarchand, professeur de sociologie, directeur du Centre de recherche sur les risques et les vulnérabilités.