Romain Simenel

Jeudi 12 Mars 2020 – 15h15 – Bibliothèque Alexis de Tocqueville – Rencontre

Ethnologue/Anthropologue, chercheur à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Romain Simenel s’intéresse à deux piliers de la reproduction des sociétés humaines et de leurs cultures : la capacité à faire de l’étranger l’un des siens et la capacité d’apprentissage entre enfants. Dans le cadre de sa thèse, il vécut deux ans dans les montagnes de l’arrière-pays de Sidi Ifni dans le Sud du Maroc, chez les Aït Ba’amran. Le fruit de ce premier travail est réuni dans son ouvrage L’origine est aux frontières paru aux éditions du CNRS. En 2009, il reçoit un financement de la Fondation Fyssen pour diriger un groupe de recherche sur la thématique « Communiquer avec la Nature pour apprendre sa Culture ». Actuellement en poste au laboratoire Paloc de l’IRD et du MNHN, ses multiples terrains au Maroc et en Inde lui permettent progressivement de construire une anthropologie de la transmission par delà nature et culture.

Le rôle des plantes et des animaux dans l’apprentissage culturel des enfants.

«Mes recherches de terrain au Maroc ont pour vocation de replacer la question de l’apprentissage culturel dans le champ de l’expérience sensible de l’environnement végétal et animal. Dans de nombreux collectifs humains et selon différentes traditions d’enseignement, les enfants s’inspirent des caractéristiques des plantes et des animaux qu’ils découvrent à leur contact pour apprendre leur culture. En quoi l’expérience sensible du monde des plantes et des animaux stimule-t-elle l’apprentissage culturel et le développement des compétences intellectuelles telles celles relatives à la communication orale, à l’écriture, aux mathématiques, à la musique…? Quelles sont les ressources émotionnelles et imaginatives gagnées lors de ces relations aux autres existants qui participent à l’émergence de notre intelligence et, comment cet apport génère-t-il en nous un lien empathique à leur égard ? Cette présentation répondra à ces questions à partir de la comparaison de plusieurs pédagogies de par le monde et l’histoire, des écoles buissonnières du XVIIIe siècle en Europe à celles contemporaines des enfants bergers marocains, qui ont su englober la dimension environnementale.»

Figure-5-A-young-girl-showing-how-to-play-with-the-buttercup-flower---@Maxence-Bailly2018
A young girl showing how to play with the buttercup flower – Jeune fille montrant comment jouer avec un bouton d’or
© Maxence Bailly 2018
Figure-1-Two-young-sheperd-and-a-dog-in-Atlas-Moutain-(Morocco)---@Romain-Simenel-2010
Two young sheperd and a dog in Atlas Moutain (Morocco) – Deux jeunes bergers et un chien dans les montagnes de l’Altas (Maroc)
© Romain Simenel 2010
Figure-6-Young-students-wearing-vegetals-in-south-of-France---@Romain-Simenel-2018
Young students wearing vegetals in south of France – Jeunes écoliers vêtus de végétaux dans le sud de la France
© Romain Simenel 2018