Frédérick Lemarchand

Vendredi 19 Mars 2021 – 15h30 – Bibliothèque Alexis de Tocqueville – rencontre

Professeur de sociologie, directeur du Centre de recherche sur les risques et les vulnérabilités, il fut un des premiers à étudier les conséquences sociales et anthropologies de la catastrophe de Tchernobyl, puis de Fukushima. Sa réflexion, écologique, questionne les possibilités de s’enraciner dans un monde conditionné par la technique et les avatars du « progrès ».

Le désastre nucléaire pose des questions d’un type radicalement nouveau. Rendant la terre à proprement parler inhabitable, il n’offre pas le plus souvent aux victimes la possibilité de disposer d’une terre de rechange, de fuir, d’abandonner lieux, travail, souvenirs. Il faut donc apprendre à « faire avec », et comment ? Entre colère et résignation, les habitants de Fukushima filmés par Gilles Laurent (La terre abandonnée) expriment ce qu’aucun humain – avant Tchernobyl – n’avait vécu. De leur côté, les autorités sont confrontées elles aussi à une altérité : l’impossibilité de trouver une solution technique acceptable à une catastrophe causée par la technique.

http://fredericklemarchand.com/