Aji-Bi, les femmes de l’horloge de Raja Saddiki

MARDI 7 AVRIL 2020 – 20h00 – AUDITORIUM DU MUSÉE DES BEAUX ARTS DE CAEN (entrée libre)

En partenariat avec le Musée des Beaux Arts de Caen et Normandie Impressionniste, nous vous proposons de prolonger l’exploration du monde du travail abordée lors de la 3ème édition du Festival Altérités, avec la programmation de deux soirées ciné-débat « Vivre le travail en situation d’exil ».

Maroc | 2015 | 66mn | HD | Raja Saddiki

Marème, vingt ans, tente d’attirer les passantes pour leur poser des faux-cils et des rastas, en plein centre ville de Casablanca. Marème est une « Aji-Bi », une esthéticienne informelle, vivant au sein d’une petite communauté de Sénégalaises vivant clandestinement à Casablanca. Hésitant entre s’installer au Maroc ou continuer leur traversée vers une Europe rêvée, ces femmes de tous âges s’organisent pour survivre dans une société marocaine qui peut se montrer à la fois généreuse et hostile.

  • 2016 : Festival de Cine Africano – FCAT – Tarifa (Espagne) – Sélection
  • 2015 : MEDIMED – Barcelone (Espagne) – Ahmed Attia’s Award for Dialogue of Cultures
  • 2015 : FIDADOC – Festival International de Documentaire à Agadir – Agadir (Maroc) – Prix du public « Nourredine Kachti »
  • 2015 : Festival du film documentaire de Saint-Louis – Saint Louis (Sénégal) – Sélection officielle – Longs Métrages
  • 2015 : Cinemed – Festival International du Cinéma Méditérranéen de Montpellier – Montpellier (France) – Compétition Documentaires
 
21h10 Rencontre avec STEFAN LE COURANT, anthropologue.

Cette soirée vous est proposée dans le cadre de la programmation culturelle autour de l’exposition Les villes ardentes Art, travail, révolte 1870 – 1914 du 4 avril au 20 septembre 2020 au musée des Beaux-Arts de Caen.

Dans le cadre de Normandie impressionniste 2020

NI_fanion_compact

 

 

Du souvenir des événements de la Commune à la veille de la première guerre mondiale, la France traverse une période d’importantes mutations, économiques, politiques et sociales. La société proto-industrielle centrée sur le travail inspire un certain nombre de peintres. En s’attachant à la représentation des scènes de travail en ville entre 1870 et 1914, le musée des Beaux-Arts de Caen souhaite tout autant déplacer les oppositions habituelles de style, de genre et d’école, qu’élargir le regard porté sur l’art impressionniste, plus volontiers considéré comme un art d’agrément, attentif à la société de loisir plus qu’à celle du travail.

L’exposition mêlera une centaine d’œuvres dessinées, peintes et sculptées réparties en trois grandes sections, pour une approche du paysage, des hommes et de l’histoire sociale.

5--Paul-Louis-Delance-Greve-a-Saint-Ouen

Paul Louis Delance, Grève à Saint-Ouen, 1908, huile sur toile, Musée d’Orsay, Paris, photo RMN

Les villes ardentes Art, travail, révolte 1870 – 1914